À propos

Présentation

     Kazèd est une marque française de prêt-à-porter qui a vue le jour à Lyon en avril 2017.

Originaire de Brest, la créatrice a emménagé à Lyon afin d’étudier le Design de Mode. Elle a donc commencé par un BTS design de mode à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués La Martinière Diderot, puis a continué avec un Diplôme Supérieur de Design de mode et Design textile dans cette même école. Le master 2 « mode et création » qu’elle a obtenu à l’Université de la mode a complété sa formation de designer et son expérience en entreprise. Ces études ont permis à la créatrice de développer sa propre vision du vêtement qu’elle souhaite proposer aujourd’hui à la société.


Le projet Kazèd est né de l’envie de créer une alternative dans un système de la mode a deux vitesses. Avec d’un côté les grandes enseignes qui proposent une dizaine de collections par an inspirées des défilés des marques de luxe. Et de l’autre côté le monde du luxe qui se questionne sur le rythme de leurs collections et réduisent de plus en plus le temps de création afin de rivaliser avec les grandes enseignes.

Kazèd s’immisce dans la brèche et propose de rendre accessible le design de mode au travers de collections réalisées en France et vendues en éditions limitées à des prix abordables. Il s’agit de créer une alternative entre le marché de masse d’un côté et le monde du luxe de l’autre et ainsi réintroduire la création au centre des préoccupations.

La marque Kazèd est également guidée par une approche sociologique basée sur l’affirmation des multiples facettes de l’identité de l’être humain en prenant en compte la part de féminité et de masculinité qui réside en chacun de nous. Kazèd joue avec la symbolique des vêtements, en créant des vêtements aux formes hybrides qui déjouent les codes du système vestimentaire et questionnent la vision du corps et les normes esthétiques.

En détails

     Après une observation sur le fait que, de nos jours, les rôles des femmes et les hommes se redéfinissent dans notre société. Chacun joue avec les codes de son genre. Un nouvel équilibre s’installe où chaque sexe emprunte à l’autre ce qu’il trouve bien, utile. Ces observations ont encouragé la créatrice à travailler autour de la notion de « bisexualité psychique », une théorie de Sigmund Freud.

Selon lui, chaque individu se construit en référence à un modèle à la fois féminin et masculin. Bien que la différence physique existe, Freud parle lui de bisexualité psychique allant au-delà de ces représentations physiques. Le psychologue Carl Gustav Jung exprima cette même théorie sous les noms d’anima et d’animus, selon lui, notre inconscient présente une part de l’autre sexe. C’est à dire qu’une femme présentera un animus intérieur qui symbolise des qualités masculines et inversement pour l’homme, l’anima représentant les qualités féminines.

Carl Gustav Jung va jusqu’à dire que chaque femme qui refoule son aspect masculin n’utilise qu’un hémisphère de son cerveau. Selon lui, le rejet de sa part de masculinité empêche son épanouissement et refoule sa vraie identité féminine. Idem pour les hommes.

La créatrice de Kazèd pense que cette théorie pourrait participer à une réponse quant à l’affirmation d’une nouvelle féminité. La bisexualité psychique pourrait être la brèche par laquelle l’audace vestimentaire contemporaine pourrait se manifester. Il ne s’agit pas de quantifier le masculin qui réside en chaque femme mais de trouver un moyen vestimentaire d’exprimer cette ambiguité du genre humain.

« Les modèles traditionnels d’éternel masculin et d’éternel féminin ne disparaissent pas. Mais l’expression de son identité devient plus libre, plus ouverte. » – Valérie Lalanne